ESA St-Luc Bruxelles

école supérieure des arts
bacheliers et masters
arts visuels
arts de l’espace

arts de l’espace

Théorie de la restauration

Crédits
2 crédits / 26h
Professeurs
David Vandenbroucke
Contenu du cours
1. Identifier le sujet en tant qu’élément PHYSIQUE :

Cette identification rigoureuse passe par une étude préliminaire factuelle qui va établir la carte d’identité du bâti et du site tels qu’ils existent au moment au le projet est envisagé.

• Relevé du bâti et du site en tant que documents physiques, méthode et observations

• Etude Historique (évolution du bati, corrélation avec les relevés)

• Etude archéologique ( traces de l’étude historique, dendrochronolique, stratigraphique…)

• Etude physique (observation des désordres, stabilité, sanitaire…)

2. Interpréter le contexte

Il s’agit d’interpréter, comprendre et assimiler le contexte culturel, social, économique, politique, juridique dans lequel évoluent le site et le bâti existants.

On distinguera deux types de contextes :
• Le contexte CULTUREL, qui porte sur tout ce qui a précédé l’identification du sujet et en déterminera la valeur monumentale. L’approche se fera par « l’histoire de l’Histoire » caractérisant l’émergence des valeurs monumentales, outils d’évaluation du statut d’un bien et les types de protection qui en découlèrent.

• Le contexte PROGRAMMATIQUE, qui, suite à l’identification du sujet, va fonder la nouvelle affectation de ce bien en recourant à des outils d’analyse stratégique.

3. Prendre position

Cette prise de position est alimentée par les conclusions et la synthèse des points 1 et 2 (identification du sujet et interprétation du contexte) et génère un projet porté par une attitude vis-à-vis du bien existant, se caractérisant notamment par :

• La conservation et la pérennisation de l’ensemble des éléments existants

• Le changement en tout ou en partie de l’affectation

• La mise en place de compléments pour satisfaire à la nouvelle affectation

• La transformation en profondeur en conservant les structures existantes

• La démolition suivie de la récupération des matériaux en vue de les réintégrer

• La démolition – reconstruction à l’identique

• La démolition et la disparition du bien existant au profit dune nouvelle construction.

Le choix de cette prise de position est cadrée par l’interprétation du contexte culturel qui a engendré un cadre déontologique et juridique.

Le cadre DEONTOLOGIQUE est alimenté par les théories élaborées depuis le XIX° siècle autour de la conservation et de la restauration du patrimoine et qui depuis 1965, continuent d’évoluer à travers la chartes et déclarations de l’ICOMOS.

Le cadre JURIDIQUE repose sur des critères liés à l’identification du bien et détermine son niveau de protection.

Ces modes de protection varient légèrement selon chaque région ou chaque pays mais dans tous les cas, établissent une gradation qui détermine les biens qui ne peuvent absolument pas disparaître et le cadre dans lequel des adaptations sont tolérées.

Type d’activité
Mode d’enseignement
Cours magistral de 2h, chaque semaine.

Si les circonstances le permettent, projections de séquences de documentaires liés au patrimoine, visites extérieures d’exemples de patrimoine remarquable.

Modalités d’évaluation
L’évaluation des acquis des étudiants est réalisée à partir d’un travail individuel à remettre en session d’examen pour une évaluation de la compréhension active des savoirs.

À partir des différentes théories de la restauration et des études de cas de la gestion du patrimoine présentées au cours, le travail consiste à écrire un article court, analysant de manière critique un édifice réel qui était/est/sera l’objet d’une évolution (transformation, rénovation, restauration…). Après la remise en session, les travaux des étudiant·e·s seront assemblés et mis à disposition de tou·te·s pour coconstruire un corpus de références, un ensemble d’études de cas d’édifices en devenir.



PrintLab : informations et réservations

Le M-11 PrintLab est un atelier d’auto-édition destiné à tous les étudiant.e.s et professeur.e.s de l’école. Il s’agit d’une structure d’auto-production donnant accès à différents modes d’impression et de façonnage. Il ne s’agit donc pas d’un prestataire auquel serait confié un travail d’impression mais bien d’un laboratoire de fabrication où chacun.e est amené.e à imprimer par ses propres moyens ses créations, en expérimentant les possibilités et les caractéristiques de chaque mode (...)

Récupérathèque

Crée à l’initiative d’une étudiante en 2019, la Caverne d’Ali Baba est un magasin de récupération de matériaux d’art. Elle fait partie du réseau de la FDR : la fédération des récupérathèques. A la CAB, on promeut des valeurs d’écologie et de solidarité. On revalorise du matériel de seconde main, en le rendant accessible à tout le monde ! Comment ça marche ? La CAB est gérée de manière autonome par une équipe étudiante motivée. Cette année par exemple, plusieurs projets ont germé, en (...)

ATELIER SON : Informations et réservations

L’Atelier Son est ouvert à tous·tes les étudiant·es et professeur·es désireux de s’initier à la pratique des outils de design sonore, mais aussi de captation et de traitement sonores. Dans un esprit de découverte, de recherche et d’expérimentation, l’Atelier Son offre un espace où chacun·e peut explorer les différents aspects de la matière sonore. Il est possible d’emprunter du matériel dans le cadre de travaux réalisés au sein de l’école et d’avoir accès et des créneaux avec un (...)

newsletter

* obligatoire
Fermer

BAIU — UCL

liens

esa Saint-Luc Bruxelles