ESA St-Luc Bruxelles

école supérieure des arts
bacheliers et masters
arts visuels
arts de l’espace

arts de l’espace

Littérature générale

Crédits
2 crédits / 26h
Professeurs
Matthias de Jonghe
Contenu du cours
En B3, l’enseignement proposera de formuler une réponse aux accents modernistes des contenus du cours de B2 : on se penchera en effet sur le concept de postmodernisme, pour questionner les modalités et l’opérativité de son application au champ de la littérature, mais aussi, évidemment, pour cerner de plus près les ruptures et continuités qu’il suppose par rapport aux notions de "modernité" et de "modernisme". Pour ce faire, on tirera parti de certaines des contributions décisives qui ont récemment restitué au label "postmoderne" toute sa cohérence et son utilité - dans la sphère littéraire et au-delà : cinéma, architecture, arts plastiques, théorie, etc. -, en réinscrivant les différentes variantes ou "versions" de ce courant (de la plus "douce" à la plus "dure") dans un panorama contrasté et ouvert à la nuance.

C’est sur cette nouvelle cartographie réconciliatrice, résolument internationale (les différentes variétés du réalisme magique, en Amérique latine et au Japon, par exemple, peuvent s’y rattacher) et transdisciplinaire, qu’on s’appuiera pour dessiner une trajectoire ménageant des incursions dans des strates historiques variées :

 celle des grands précurseurs : Cervantès, Rabelais, Sterne, Joyce, postmodernes avant la lettre, mettent tous en évidence, à différents niveaux, combien l’histoire des formes et des idées procède par continuités et résurgences autant que par ruptures ;

 celle de l’après-guerre, indissociable de l’onde de choc émise par l’Holocauste (s’y rattacherait un auteur comme Beckett, par exemple) ;

 celle des long sixties : d’après le consensus scientifique actuel, le postmodernisme "canonique", tel qu’illustré chez Thomas Pynchon, Philip K. Dick, ou Roberto Bolaño, s’épanouirait entre la fin des années 1950 et le début des années 70 ;

 celle de l’apogée du postmodernisme, entre 1973 et 1991, période qui coïncide avec l’essor, puis (à la chute du Mur) avec le triomphe de ce que Fredric Jameson appelle "capitalisme tardif" ;

 enfin, celle qui s’étend de 1991 à nos jours (période notamment balisée, du côté américain, par des auteurs comme Don DeLillo, David Foster Wallace, Toni Morrison...), et se confond avec l’aboutissement de tendances à l’oeuvre depuis plus ou moins longtemps : planétarisation des échanges, effondrement des polarités qui structuraient autrefois l’appréhension de la réalité culturelle, sociale, politique (par exemple, l’opposition bloc de l’Est/bloc de l’Ouest), "fin des grands récits", émergence de paroles minoritaires, etc.

Le repérage basique qui précède suggère assez à quel point le "post-" de "postmodernisme" est trompeur : de fait, l’adjectif "postmoderne" (de même que ses dérivés) ne s’oppose pas terme à terme à son pendant "moderne", pas plus qu’il ne lui succède pour le "dépasser" (sur certains points, modernisme et postmodernisme semblent d’ailleurs étrangement proches) : plutôt, il s’attache à le reconsidérer de manière critique, et, à remettre en jeu, sur le mode de l’ironie, quelques-uns de ses présupposés – notamment sa foi aveugle en un prétendu "progrès" de l’histoire humaine et des arts.

Plus spécifiquement, on s’efforcera de montrer, en revenant sur un choix de textes littéraires (à choisir parmi les œuvres de Charles Baudelaire, Andy Warhol, Angela Carter, Alan Moore, Ron Padgett, Frank O’Hara, Don DeLillo, David Foster Wallace, Haruki Murakami, Valeria Luiselli, Claudia Rankine, William Carlos Williams, Kathy Acker, etc.), en quoi les écrits dits "postmodernistes" récusent en doute la plupart des discours totalisants qui ont accompagné la pensée occidentale depuis le XVIIIe siècle. À rebours du projet moderniste, jugé européocentré et trop prompt à occulter les points de vue dissidents contestant l’image d’un développement uniforme et régulier vers un avenir pacifié et démocratique, on soulignera la propension de ces textes à favoriser le dialogisme et le pluralisme (attrait pour la microhistoire, les contre-/sous-cultures, les points de vue décentrés, les vérités relatives...), ainsi que la subversion carnavalesque des codes jusqu’alors en vigueur (inversion axiologique du binôme noble/ignoble, brouillage de la hiérarchie highbrow/lowbrow, confusion art/économie, éloge des mass-media, notamment de la télévision, interpénétration du vécu et du fantasmatique, de la réalité et de la fiction, etc.).

Quant à la soif de nouveau et de "disruption" qui menaçait de mener au renoncement et/ou au silence les Flaubert, Rimbaud, Valéry et autres, elle trouve réponse chez les écrivain.e.s postmodernes dans la mobilisation de pratiques d’écriture qui, souvent, reposent délibérément sur le citationnisme et la réécriture, offrant ainsi de la "mort de l’auteur" une illustration plus ludique et moins grave que celle proposée par le(s) modernisme(s).

Type d’activité
Mode d’enseignement
Essentiellement magistral mais ménageant de nombreuses plages d’échange et de discussion, l’enseignement s’appuie sur la lecture de textes littéraires ou, ponctuellement, théoriques (Eco, McHale, Rancière, Greenberg...), dont certains seront mis à disposition des étudiant.e.s directement par l’enseignant. Sur base de ce matériel, les exposés s’efforceront :

 d’alterner mise en évidence de phénomènes d’ensemble (distant reading) et focus faisant droit aux singularités d’écriture des œuvres (close reading). Plus précisément, on veillera à adopter par rapport aux objets d’étude un double point de vue - 1/ esthétique ou "interne" (attention portée aux créateur.trice.s comme agents capables d’innovation, et à l’œuvre comme entité autonome, tirant parti de formes et de figures spécifiques pour produire certains effets) ; 2/ diachronique (point de vue sociologique et transhistorique réinscrivant les œuvres dans les contextes culturels, sociaux et médiatiques qui les rendent possibles, et mettant en exergue les continuités, filiations, mutations et ruptures qui scandent l’histoire littéraire).

 de mettre en évidence la capacité de la littérature, en tant que moyen d’expression, à agir 1/ comme révélateur et espace de traitement des tensions qui agitent les sociétés, 2/ comme acteur à part entière du débat public, et 3/, plus globalement, comme vecteur d’un questionnement adressé à la condition humaine.

 d’introduire aux usages variés dont la "chose littéraire" fait l’objet (pratiques de déterritorialisation, d’hybridation, etc.), dans une perspective résolument interdisciplinaire et en ouvrant la discussion à d’autres lieux que ceux envisagés traditionnellement lorsqu’il est question de littérature (musée, télévision, web, etc.).

Des supports PowerPoint (à compléter par la prise de notes) sont communiqués aux étudiant.e.s.

Modalités d’évaluation
Production d’un « objet » d’art (quel qu’il soit : dessin, animation, programme, texte, image, performance…) qui mobilisera un ou plusieurs aspect(s) du cours et servira de base à un examen oral présentiel portant sur toute la matière du cours.


PrintLab : informations et réservations

Le M-11 PrintLab est un atelier d’auto-édition destiné à tous les étudiant.e.s et professeur.e.s de l’école. Il s’agit d’une structure d’auto-production donnant accès à différents modes d’impression et de façonnage. Il ne s’agit donc pas d’un prestataire auquel serait confié un travail d’impression mais bien d’un laboratoire de fabrication où chacun.e est amené.e à imprimer par ses propres moyens ses créations, en expérimentant les possibilités et les caractéristiques de chaque mode (...)

Récupérathèque

Crée à l’initiative d’une étudiante en 2019, la Caverne d’Ali Baba est un magasin de récupération de matériaux d’art. Elle fait partie du réseau de la FDR : la fédération des récupérathèques. A la CAB, on promeut des valeurs d’écologie et de solidarité. On revalorise du matériel de seconde main, en le rendant accessible à tout le monde ! Comment ça marche ? La CAB est gérée de manière autonome par une équipe étudiante motivée. Cette année par exemple, plusieurs projets ont germé, en (...)

ATELIER SON : Informations et réservations

L’Atelier Son est ouvert à tous·tes les étudiant·es et professeur·es désireux de s’initier à la pratique des outils de design sonore, mais aussi de captation et de traitement sonores. Dans un esprit de découverte, de recherche et d’expérimentation, l’Atelier Son offre un espace où chacun·e peut explorer les différents aspects de la matière sonore. Il est possible d’emprunter du matériel dans le cadre de travaux réalisés au sein de l’école et d’avoir accès et des créneaux avec un (...)

newsletter

* obligatoire
Fermer

BAIU — UCL

liens

esa Saint-Luc Bruxelles