ESA St-Luc Bruxelles

école supérieure des arts
bacheliers et masters
arts visuels
arts de l’espace

arts de l’espace

Bloc 2

Quadrimestre 1 et 2

UE 15
Atelier de Bande dessinée et Éditions
30 crédits / 300h
Titulaire
Denis Larue
Acquis d’apprentissage
– Élaborer des récits aux scénarios courts. – Développer un propos personnel. – Utiliser des notions de mise en scène. – Caractériser des personnages et l’espace dans lequel ils évoluent. – Se référer au réel en s’aidant notamment de documentations, repérages, perspectives, représentations du corps, cases, cadrages. – Poser un regard critique sur le champ de la bande dessinée. – Allier acquis techniques et créativité – S’engager, s’impliquer et s’approprier les exercices proposés. – Sortir des préjugés, des stéréotypes et des idées reçues. – Être capable de générer un fichier de sortie conforme techniquement à l’impression et au façonnage d’une publication. – Explorer les possibilités formelles et techniques de la publication imprimée en respectant les normes professionnelles de production.
Evaluation
É́valuation non intégrée
Pré-requis
Aucun
Co-requis
Aucun
Référentiel de compétence
1, 3, 4, 5, 6
Compétences spécifiques et acquis d’apprentissage terminaux
1.1, 1.2, 1.4, 2.2, 3.1, 3.2, 3.4, 3.5, 3.6, 3.7, 5.1, 6.1
Bande Dessinée - Éditions / Atelier
Crédits
24 crédits / 225h
Professeurs
Denis Larue Pierre Bailly Cédric Manche Stéphane Malandrin
Contenu du cours
A partir d’exercices à contraintes techniques/ thématiques/ narratives l’étudiant est amené à se questionner sur les notions de scénario, de mise en scène, de représentation et d’édition. C’est au cas par cas dans un échange avec ses professeurs que l’étudiant développe son projet. La lecture et le commentaire, l’échange autour des différentes perceptions du récits vont mettre en avant les qualités et faiblesses du scénario ou des choix de mise en scène dans la proposition de l’étudiant. Diverses pistes et références sont discutées et l’étudiant s’en empare afin de préciser ses intentions, d’enrichir son travail et de le mener à bien. Le processus de travail proposé se partage en deux grands moments : scénario / mise en scène / découpage / recherche de documentation et réalisation plastique / crayonné ( caractérisation, attitudes et expressions des personnages, décors, cadrage, composition ...) / technique graphique ( encrage, gouache, découpage, carte à gratter.... Un troisième moment : l’édition peut aussi être abordé, finalisation d’un travail sous la forme d’un livre / objet imprimé par l’étudiant au Printlab de l’école.
Type d’activité
Cours artistique
Mode d’enseignement
Travail en atelier, présence requise ; émulation. Echanges autour de la proposition de l’étudiant. Possibilité de finalisation du travail au Printlab.
Modalités d’évaluation
Evaluation continue. Affichages de découpage terminé/story-board. Affichage de planches finalisées. Présentation d’un jury de fin d’année.
Techniques et technologies / Photographie
Crédits
4 crédits / 50h
Professeurs
Alain Kazinierakis
Contenu du cours
L’objectif du cours de photographie est de transmettre les ressources d’ordre technique et théorique afin d’être capable d’utiliser un appareil photographique numérique. Nous utiliserons un appareil (reflex ou hybride) et nous traiterons nos fichiers numériques via la suite Adobe. Nous aborderons les notions de gestion de la couleur lors de la reproduction d’un document. A partir d’exercices, nous allons nous approprier l’appareil photo. Nous analyserons le rapport du sens de l’image lors d’une série d’images ou de la séquence et ou des séries combinées. Au service des différents projets d’atelier, nous étudierons les outils qui documentent et permettent de réaliser un repérage photographique de lieux. Tout au long de l’année, nous observerons un lieux par la photographie et le dessin. Nous nous questionnerons sur l’image comme matériau de recherche. Construire un rapport entre la photographie et le dessin, soit en cherchant un point commun ou au contraire en appuyant sur ce qui les sépare. La photographie montre quelque chose que le dessin ne montre pas et inversement.On finalise l’année par un projet (un carnet) mis en page et imprimé au Printlab.
Type d’activité
Cours technique
Mode d’enseignement
Alternance entre la théorie et les exercices technique et pratiques. Présence requise, échanges, émulation. Recherche et questionnement. Suivi du projet, échanges autour des propositions de l’étudiant.
Modalités d’évaluation
Évaluation continue (formative) : remise d’exercices liés aux apprentissages techniques et pratiques. Présence au cours (participations, échanges et propositions). Remise de projets photographiques et justification.
Techniques et technologies / Production
Crédits
2 crédits / 25h
Professeurs
Max de Radiguès
Contenu du cours
L’édition de bande dessinée par le prisme du fanzine et de l’auto-édition. Apprentissage de toutes les étapes pour auto- publiés son livre ou collectif : scan, nettoyage des planches, mise en page et impressions sur les différentes machines à disposition au Printlab (laser, comcolor, riso).
Type d’activité
Cours technique
Mode d’enseignement
Travail au Printlab, présence requise, utilisation des machines et du matériel à disposition au Printlab. Travail en collaboration du cour ATELIER DE BANDE DESSINÉE ET ÉDITIONS possible.
Modalités d’évaluation
Évaluation continue. Travaux de mises en page et d’impressions.
UE 16
Activités de soutien atelier BDE
8 crédits / 100h
Titulaire
Denis Deprez
Acquis d’apprentissage
– Représenter en 2D espaces et personnages observés en 3D. – Maximaliser la mise en scène dans un dessin d’espace qui démontre une prise de conscience du cadrage. – Renouveler sa pratique en recherchant diverses manières de traiter un sujet. – Proposer un cadrage intelligible et expressif. – Représenter les objets du réel de manière reconnaissable. – Démontrer un intérêt pour l’analyse d’œuvres anciennes et contemporaines et l’intégrer dans sa pratique.
Evaluation
É́valuation non intégrée
Pré-requis
UE 02
Co-requis
Aucun
Référentiel de compétence
3, 5, 6
Compétences spécifiques et acquis d’apprentissage terminaux
1.1, 1.3, 1.4, 3.3, 3.6, 5.1, 6.1
Dessin / Dessin et moyens d’expression
Crédits
8 crédits / 100h
Professeurs
Denis Deprez
Contenu du cours
Au même titre que la photographie ou la vidéo, le dessin est un outil pour documenter le réel. Le maillage urbain et péri-urbain présente une richesse et une diversité de type de paysage, chaque quartier contient ses propres dynamiques sociales et environnementales. C’est à partir de l’expérience urbaine que l’étudiant·e peut définir son lieu d’enquête documentaire. La photographie, la vidéo, le son entourent le dessin et chacun·e peut s’appuyer sur la pluridisciplinarité proposée pour construire l’observation du site choisi.

Le projet d’observation du lieu s’étale sur toute l’année académique. La durée et la répétition des allers et venues sur le terrain agissent comme une lente mise au point d’une optique photographique.

Le carnet est le support privilégié pour mettre en avant les transformations de la pratique du dessin de l’étudiant·e. L’écriture est libre et en recherche.

Type d’activité
Cours artistique
Mode d’enseignement
Des rendez-vous individuels rythment l’année. Chaque semaine, les étudiant·e·s vont sur le terrain, réalisent leurs observations, documentent avec les différents outils (photo, vidéo, son, dessin). De retour à l’atelier, un dialogue s’engage autour de leur carnet. C’est au fil des observations de terrain, des prises de notes par le dessin dans le carnet que se construit l’apprentissage et l’expérimentation de différents types d’écritures et de recherches graphiques.

Des sessions de projections de films consacrés à l’urbain, la présentation de revue, de livre d’artistes consacrés au dessin ouvre un champ référentiel pour nourrir la pratique du dessin.

Modalités d’évaluation
Evaluation orale. À la fin de chacun des quadrimestres, l’étudiant·e présente son carnet et l’ensemble de ses recherches en dessin

Quadrimestre 1

UE 17
Activités de soutien atelier BDE
2 crédits / 26h
Titulaire
Stéphane de Longrée
Acquis d’apprentissage
– Représenter en 2D des modèles féminins/masculins observés en 3D. – Maîtriser par la ligne, le trait et le contour, les proportions toujours uniques du modèle. – Identifier et situer la charpente osseuse et l’appareil locomoteur (myologie première partie et ostéologie deuxième partie) d’après l’observation de plâtres anatomiques et de modèles vivants. – Restituer de mémoire les différents éléments d’ostéologie. – Utiliser un vocabulaire spécifique à la discipline.
Evaluation
É́valuation non intégrée
Pré-requis
UE 10
Co-requis
UE 21
Référentiel de compétence
3, 6
Compétences spécifiques et acquis d’apprentissage terminaux
1.1, 1.4, 3.5, 6.1
Dessin / Anatomie
Crédits
2 crédits / 26h
Professeurs
Stéphane de Longrée
Contenu du cours
Le corps humain est étudié sous tous ses aspects : études portant sur les qualités figuratives des proportions et des attitudes de repos en position assise ou debout ; sur l’expressivité du mouvement ; sur l’étude du squelette, l’analyse de l’insertion fonctionnelle de l’appareil locomoteur dans les unités formelles du corps.

La rigueur de l’étude morphologique propre du modèle est ce qui différencie le cours de dessin d’ Anatomie du cours de moyens d’expression. Intérêt sera porté sur l’éveil constant de la chose observée, la qualité plastique du dessin étant secondaire.

Un cours qui se veut satellite de l’atelier, matière dans laquelle l’étudiant peut puiser l’information au service de son imagination.

BAC2 Q1 : Ostéologie (deuxième partie). La ceinture pelvienne, le membre inférieur.

Myologie (première partie). Les muscles peauciers du visage (insertions/actions), morphologie tête et éléments faciaux.

Type d’activité
Cours artistique
Mode d’enseignement
Cours magistraux suivi d’une mise en pratique.

La partie théorique comprend, outre les informations orales, des dessins complémentaires de mémoire au tableau.

Réalisation de dessins au trait et à main levée d’après modèles vivants, plâtres anatomiques et pièces osseuses.

La partie pratique comprend des études de modèles vivants. Un travail journalier à domicile est requis sous forme de relevés d’après documents libres ou imposés. Le but premier de ces relevés est de garder l’étude anatomique en éveil et démontrer, grâce à l’ensemble des informations reçues, les acquis.

Sorties prévues au Palais de Justice de Bruxelles : études de bustes de magistrats.

Modalités d’évaluation
L’évaluation porte sur les dessins réalisés en atelier ainsi que ceux créés à domicile (relevés d’après documents libres ou imposés).

L’ensemble de la production est remis lors de l’examen sous forme de dossier.

Examen théorique et pratique en session.

UE 18
Art et pensée
4 crédits / 52h
Titulaire
Maud Salembier
Acquis d’apprentissage
– Utiliser la démarche philosophique comme un outil de réflexion, d’analyse et, de ce fait, d’engagement critique. – Comprendre les fondements de la pensée moderne à partir de la philosophie kantienne. – Utiliser l’engagement critique de la philosophie nietzschéenne pour analyser et décrypter le fonctionnement des idéologies. – Situer (chronologiquement et contextuellement), et analyser, de manière argumentée, des productions artistiques en ayant recours au vocabulaire approprié attenant aux techniques artistiques et à l’iconographie. – Adopter une démarche participative.
Evaluation
É́valuation non intégrée
Pré-requis
Aucun
Co-requis
Aucun
Référentiel de compétence
1, 5, 6
Compétences spécifiques et acquis d’apprentissage terminaux
1.2, 1.3, 2.1, 2.2, 3.2, 6.1
Histoire et actualité des arts / Histoire et histoire des arts
Crédits
2 crédits / 26h
Professeurs
Maud Salembier
Contenu du cours
Type d’activité
Cours théorique
Mode d’enseignement
Modalités d’évaluation
Philosophie / Générale
Crédits
2 crédits / 26h
Professeurs
Simon Brunfaut
Contenu du cours
Type d’activité
Cours théorique
Mode d’enseignement
Modalités d’évaluation
UE 19
Techniques et technologies
2 crédits / 26h
Titulaire
Serge Paulus
Acquis d’apprentissage
– Gérer les outils de dessin vectoriel (Illustrator) permettant la mise en couleurs et l’élaboration de son travail, et d’autre part la vectorisation de dessins existants. – Promouvoir son travail via la création d’un portfolio numérique en ligne sur internet. – Créer une brochure reprenant un travail personnel multipage au moyen du logiciel InDesign.
Evaluation
É́valuation non intégrée
Pré-requis
Aucun
Co-requis
UE 23
Référentiel de compétence
3, 5
Compétences spécifiques et acquis d’apprentissage terminaux
3.3, 3.6, 4.1, 5.1, 6.1
Techniques et technologies / Infographie
Crédits
2 crédits / 26h
Professeurs
Serge Paulus
Contenu du cours
Type d’activité
Cours technique
Mode d’enseignement
Modalités d’évaluation
UE 20
Écriture
4 crédits / 52h
Titulaire
Frédéric Ruymen
Acquis d’apprentissage
– Analyser les ressorts d’un récit long et en dégager la structure narrative. – Analyser en profondeur des séquences cinématographiques. – Décrire des lieux et des personnages. – Installer une atmosphère à travers un texte littéraire. – Construire un dialogue. – Élaborer un récit court. – Écrire des scénarios de fiction.
Evaluation
É́valuation non intégrée
Pré-requis
Aucun
Co-requis
Aucun
Référentiel de compétence
1, 5, 6
Compétences spécifiques et acquis d’apprentissage terminaux
1.1, 1.2, 1.3, 2.2, 6.1
Écriture / Texte et mise en récit
Crédits
2 crédits / 26h
Professeurs
Thomas Günzig
Contenu du cours
Type d’activité
Mode d’enseignement
Modalités d’évaluation
Écriture / Narration
Crédits
2 crédits / 26h
Professeurs
Frédéric Ruymen
Contenu du cours
Dans la continuation du cours du Bloc 1, ce cours approfondit les ressorts de l’écriture scénaristique, en faisant une place importantes à l’écriture de dialogues. Le principe Jo-Ha-Kyu est au cœur de ma pratique du scénario. J’ai étudié ce principe dynamique, central dans les arts traditionnels du Japon, qu’on retrouve également chez Myazaki ou Kurosawa (pour ne citer que ces deux auteurs) auprès de Yoshi Oïda, acteur et metteur en scène, dont j’ai été l’assistant sur différentes productions et stages de formation d’acteurs. Jo-ha-Kyu définit le rythme et les changements de rythmes d’une représentation de façon ternaire : introduction lente (jo), développement avec accélération (ha), conclusion rapide (kyū), le tempo et l’intensité allant crescendo jusqu’au final. Le développement (ha) introduit généralement une rupture qui prépare, après une transition, au dénouement (kyū). Le jo-ha-kyū peut être appliqué pour la structure d’une pièce ou d’un programme, mais aussi de façon moins tangible dans la structure d’un acte, d’une scène, d’une section, d’un geste…

Il est vivant aujourd’hui encore dans toutes les pratiques artistiques japonaises.

Le cours alternera des séances de :
- séances d’écriture scénaristique individuelle et collective.
- lecture critique des exercices d’écriture demandés aux élèves (le même thème étant repris et fouillé, développé durant plusieurs cours.
 visionnement d’extraits cinématographiques mettant en lumière les problèmes abordés.

Type d’activité
Cours technique
Mode d’enseignement
Cours magistral, exercices d’écriture.
Modalités d’évaluation
Exercices d’écriture scénaristique.

Quadrimestre 2

UE 21
Activités de soutien atelier BDE
2 crédits / 24h
Titulaire
Stéphane de Longrée
Acquis d’apprentissage
– Représenter en 2D des modèles féminins/masculins observés en 3D. – Maîtriser par la ligne, le trait et le contour, les proportions toujours uniques du modèle. – Identifier et situer la charpente osseuse et l’appareil locomoteur (myologie première partie et ostéologie deuxième partie) d’après l’observation de plâtres anatomiques et de modèles vivants. – Restituer de mémoire les différents éléments d’ostéologie. – Utiliser un vocabulaire spécifique à la discipline.
Evaluation
É́valuation non intégrée
Pré-requis
Aucun
Co-requis
UE 19
Référentiel de compétence
3, 6
Compétences spécifiques et acquis d’apprentissage terminaux
1.1, 1.4, 3.5, 6.1
Dessin / Anatomie
Crédits
2 crédits / 24h
Professeurs
Stéphane de Longrée
Contenu du cours
Le corps humain est étudié sous tous ses aspects : études portant sur les qualités figuratives des proportions et des attitudes de repos en position assise ou debout ; sur l’expressivité du mouvement ; sur l’étude du squelette, l’analyse de l’insertion fonctionnelle de l’appareil locomoteur dans les unités formelles du corps.

La rigueur de l’étude morphologique propre du modèle est ce qui différencie le cours de dessin d’ Anatomie du cours de moyens d’expression. Intérêt sera porté sur l’éveil constant de la chose observée, la qualité plastique du dessin étant secondaire.

Un cours qui se veut satellite de l’atelier, matière dans laquelle l’étudiant peut puiser l’information au service de son imagination.

BAC2 - Q2 : Le portrait, l’autoportrait, les muscles du tronc (insertions/actions)

Type d’activité
Cours artistique
Mode d’enseignement
Cours magistraux suivi d’une mise en pratique.

La partie théorique comprend, outre les informations orales, des dessins complémentaires de mémoire au tableau.

Réalisation de dessins au trait et à main levée d’après modèles vivants, plâtres anatomiques et pièces osseuses.

La partie pratique comprend des études de modèles vivants. Un travail journalier à domicile est requis sous forme de relevés d’après documents libres ou imposés. Le but premier de ces relevés est de garder l’étude anatomique en éveil et démontrer, grâce à l’ensemble des informations reçues, les acquis.

Sorties prévues au Palais de Justice de Bruxelles : études de bustes de magistrats.

Modalités d’évaluation
L’évaluation porte sur les dessins réalisés en atelier ainsi que ceux créés à domicile (relevés d’après documents libres ou imposés).

L’ensemble de la production est remis lors de l’examen sous forme de dossier.

Examen théorique et pratique en session.

UE 22
Art et pensée
6 crédits / 72h
Titulaire
Matthias De Jonghe
Acquis d’apprentissage
– Situer (chronologiquement et contextuellement) et analyser, de manière argumentée, des productions artistiques en ayant recours au vocabulaire approprié attenant aux techniques et à l’iconographie. – Démontrer une compréhension globale de la matière donnée. – Utiliser la démarche théorique comme un outil de réflexion, d’analyse et de ce fait, d’engagement critique. – Participer de manière active au cours en développant un propos personnel. – Argumenter un propos à partir d’un auteur présenté au cours. – Commenter les grandes étapes de l’histoire de la bande dessinée des années 1920 à aujourd’hui. – Reconnaître un auteur, une école ou un style abordé lorsqu’il est mis face à un travail non vu au cours, et en identifier les particularités. – Analyser un dessin de bande dessinée en identifiant et en évaluant la pertinence des dispositifs qu’il met en œuvre par rapport aux buts qu’il vise à atteindre. – Développer une réflexion commune à partir d’un travail de groupe. – Mettre en perspective les productions séquentielles du XXe siècle et du XXIe siècle. -Reconnaître un auteur, une école ou un style.- Présenter, communiquer et argumenter ses idées.- Adopter une démarche participative.- Analyser une planche de bande dessinée.
Evaluation
É́valuation non intégrée
Pré-requis
Aucun
Co-requis
Aucun
Référentiel de compétence
1, 5, 6
Compétences spécifiques et acquis d’apprentissage terminaux
1.2, 1.3, 2.1, 2.2, 3.2, 6.1
Histoire et actualité des arts / Histoire et histoire des arts
Crédits
2 crédits / 24h
Professeurs
Maud Salembier
Contenu du cours
Type d’activité
Cours théorique
Mode d’enseignement
Modalités d’évaluation
Littérature / Générale
Crédits
2 crédits / 24h
Professeurs
Matthias de Jonghe
Contenu du cours
Le deuxième volet du cours de littérature prendra la forme d’un contrepoint au cours de première année (centré pour rappel sur le "personnel" des écrivain.e.s) : la réflexion portera ainsi sur le motif (post)structuraliste de "la mort de l’auteur". Épisode séminal de l’histoire des idées, le texte éponyme de R. Barthes (1968), auquel répondra une conférence de M. Foucault, elle-même prolongée par d’autres développements (chez G. Agamben, entre autres), contribue à la cristallisation d’un paradigme "textualiste", destituant l’auteur de ses privilèges et proclamant l’autonomie et l’intransitivité du langage, en même temps que l’impersonnalité de l’œuvre littéraire. Mais ce credo, très en phase avec la coloration théorique et politique d’un milieu et d’une époque, ne surgit pas de nulle part : il mobilise une série de positionnements et de motifs antérieurs, qu’il refaçonne en un message particulièrement audible pour une époque tentée par la contestation, voire la révolution.

Au départ du texte de Barthes, il s’agira, dans un premier temps, de s’interroger sur les origines et les principaux facteurs explicatifs de l’option théorique illustrée par cet "écrit-manifeste", avant, dans un second temps, d’envisager les modalités d’expression de celle-ci dans une série de textes. À cet effet, on convoquera des œuvres puisées dans un "réservoir" comportant les travaux d’écrivain.e.s comme Clarice Lispector, Stéphane Mallarmé, Marcel Proust, Arthur Rimbaud, Gustave Flaubert, Paul Valéry, Maurice Blanchot, Raymond Roussel, Virginia Woolf, Jorge Luis Borges, Vanessa Place, Kenneth Goldsmith, William S. Burroughs, Marie Darrieussecq, Monique Wittig, etc.

Le parcours veillera à ménager des espaces de réflexion traitant de dispositions et de questions associées au principe de la "mort de l’auteur" : on reviendra ainsi, notamment :

 sur la place extrêmement réduite accordée aux femmes dans l’histoire de la littérature et, plus globalement, de la culture (sur ce point, sans doute faudrait-il parler d’une "mort de l’autrice", pour une bonne part programmée par ceux que Virginia Woolf appelait les "patriarches") ;

 sur les mécanismes de sacralisation/désacralisation qui s’appliquent depuis l’âge romantique à la "chose littéraire" ;

 sur le songe récurrent, cultivé notamment par les avant-gardes, d’une indistinction entre la vie et l’art, songe qui culmine éventuellement dans la récusation de la culture en tant qu’institution ;

 sur l’extrême fragilité des frontières du "littéraire", qui engage à se confronter à une série de problèmes aux résonances très contemporaines : celui de l’œuvre absente, raturée, ou invisible ; celui du ready-made, de la citation et du "plagiat" ; celui du style comme marque distinctive du sujet ; celle de la soif de reconnaissance et du narcissisme de l’artiste ; etc.

Type d’activité
Mode d’enseignement
Essentiellement magistral mais ménageant de nombreuses plages d’échange et de discussion, l’enseignement s’appuie sur la lecture de textes littéraires piochés parmi les œuvres mentionnées ci-dessus ou, ponctuellement, de textes théoriques (Dubuffet, Blanchot, Deleuze, William Marx, Butler), dont certains seront mis à disposition des étudiant.e.s directement par l’enseignant. Sur base de ce matériel, les exposés s’efforceront :

 d’alterner mise en évidence de phénomènes d’ensemble (distant reading) et focus faisant droit aux singularités d’écriture des œuvres (close reading). Plus précisément, on veillera à adopter par rapport aux objets d’étude un double point de vue - 1/ esthétique ou "interne" (attention portée aux créateur.trice.s comme agents capables d’innovation, et à l’œuvre comme entité autonome, tirant parti de formes et de figures spécifiques pour produire certains effets) ; 2/ diachronique (point de vue sociologique et transhistorique réinscrivant les œuvres dans les contextes culturels, sociaux et médiatiques qui les rendent possibles, et mettant en exergue les continuités, filiations, mutations et ruptures qui scandent l’histoire littéraire).

 de mettre en évidence la capacité de la littérature, en tant que moyen d’expression, à agir 1/ comme révélateur et espace de traitement des tensions qui agitent les sociétés, 2/ comme acteur à part entière du débat public, et 3/, plus globalement, comme vecteur d’un questionnement adressé à la condition humaine.

 d’introduire aux usages variés dont la "chose littéraire" fait l’objet (pratiques de déterritorialisation, d’hybridation, etc.), dans une perspective résolument interdisciplinaire et en ouvrant la discussion à d’autres lieux que ceux envisagés traditionnellement lorsqu’il est question de littérature (musée, télévision, web, etc.).

Des supports PowerPoint (à compléter par la prise de notes) sont communiqués aux étudiant.e.s.

Modalités d’évaluation
Production d’un « objet » d’art (quel qu’il soit : dessin, animation, programme, texte, image, performance…) qui mobilisera un ou plusieurs aspect(s) du cours et servira de base à un examen oral présentiel portant sur toute la matière du cours.
Histoire et actualité des arts / BD
Crédits
2 crédits / 24h
Professeurs
Frédéric Paques
Contenu du cours
I. Les années 60-70 : Contre-culture et bande dessinée d’auteur Japon : une bande dessinée plus mature, le gekiga Italie et Argentine La Nouvelle Presse française Etats-Unis : le Mouvement underground II. Les années 80 : mouvement punk, romans dessinés et postmodernisme Italie et Argentine Europe francophone Etats-Unis et Grande-Bretagne : The Dark Age III. La bande dessinée dans les années 90. Emergence et récupération des éditeurs alternatifs Domaine francophone Etats-Unis et Canada Bande dessinée « mainstream » : quelques incontournables IV. La bande dessinée après 2000 La révolution numérique Do it yourself et livres d’artistes
Type d’activité
Cours théorique
Mode d’enseignement
La méthode d’enseignement sera fondée sur trois axes majeurs :
  des exposés du professeur soutenus par de nombreux documents sonores, de textes et d’images.
  le dialogue avec les étudiants sur base des notions vues aux cours
  des sorties culturelles, en fonction du programme du cours et de l’actualité. Un syllabus reprenant le sommaire des exposés, ainsi que les powerpoints servant de support aux cours seront fournis aux étudiants.
Modalités d’évaluation
Examen écrit portant sur la matière vue au cours. L’étudiant sera capable d’analyser une planche de bande dessinée, en nourrissant son analyse des éléments historiques et théoriques vus en cours.
UE 23
Techniques et technologies
2 crédits / 24h
Titulaire
Serge Paulus
Acquis d’apprentissage
– Gérer les outils de dessin vectoriel (Illustrator) permettant la mise en couleurs et l’élaboration de son travail, et d’autre part la vectorisation de dessins existants. – Promouvoir son travail via la création d’un portfolio numérique en ligne sur internet. – Créer une brochure reprenant un travail personnel multipage au moyen du logiciel InDesign.
Evaluation
É́valuation non intégrée
Pré-requis
Aucun
Co-requis
UE 19
Référentiel de compétence
3, 5
Compétences spécifiques et acquis d’apprentissage terminaux
3.3, 3.6, 4.1, 5.1, 6.1
Techniques et technologies / Infographie
Crédits
2 crédits / 24h
Professeurs
Serge Paulus
Contenu du cours
Type d’activité
Cours technique
Mode d’enseignement
Modalités d’évaluation

Annexes

Glossaire

Acquis d’apprentissage
Énoncé de ce que l’étudianttudiant doit savoir, comprendre et être capable de réaliser
au terme d’un processus d’apprentissage, d’un cursus ou d’une unité d’enseignement validée ; les acquis d’apprentissage sont définis en termes de savoirs, d’aptitudes et de compétences.

Activités de remédiation
Activités d’aide à la réussite ne faisant pas partie d’un programme d’études, visant à combler les lacunes éventuelles d’étudiants ou les aider à suivre ou à reprendre un programme d’études avec de meilleures chances de succès.

Bachelier (BA)
Grade académique de niveau 6 sanctionnant des études de premier cycle de 180 crédits au moins.

BLOC
Un bloc comporte un nombre imposé d’unités et est constitué de 60 crédits (voir Crédits). L’étudiant inscrit au BLOC 01 doit valider au minimum 45 crédits pour continuer son parcours.

Compétence
Faculté évaluable pour un individu de mobiliser, combiner, transposer et mettre en œuvre des ressources individuelles ou collectives dans un contexte particulier et à un moment donné ; par ressources, il faut entendre notamment les connaissances, savoir- faire, expériences, aptitudes, savoir-être et attitudes.

Abréviations

AOCH
Activité obligatoire au choix

CGV
Communication graphique et visuelle

Crédit ECTS
Système européen de transfert et d’accumulation de crédits

GR
Graphisme

HAA
Histoire et actualité des arts

quadri
Quadrimestre

SHS
Sciences humaines et sociales

TT
Techniques et technologies

UE
Unité d’enseignement

Référentiel de compétences

Dans le domaine des arts plastiques, visuels et de l’espace, le grade de bachelier en Bande dessinée - Éditions est décerné aux étudiants qui :
1. conduisent une recherche originale sur la base de l’expérimentation et réalisent des œuvres artistiques singulières situées dans un contexte élargi théorique, historique, socio-politique, etc. ;
2. ont acquis des connaissances hautement spécialisées et des compétences en Bande dessinée - Éditions faisant suite aux compétences acquises au niveau du bachelier. Ces connaissances et ces compétences permettent de développer ou de mettre en œuvre des propositions artistiques de manière originale, dans le cadre d’une recherche ou d’une création ;
3. mettent en œuvre, articulent et valorisent, de manière singulière, ces connaissances et ces compétences en vue de construire des propositions artistiques dans des contextes expérimentaux et pluridisciplinaires ;
4. mobilisent ces connaissances et ces compétences, dans un monde complexe et changeant, en vue d’inventer des propositions artistiques et de forger des outils critiques ;
5. agissent à la jonction de domaines hétérogènes, artistiques, politiques, esthétiques, philosophiques, sociétaux, etc. ;
6. assument une démarche et une production artistiques également validées en dehors du champ académique ;
7. présentent des productions, communiquent à leurs propos et prennent en compte les conditions de réception, de transmission et de communication des œuvres selon des modalités adaptées au contexte ;
8. développent et intègrent un fort degré d’autonomie qui leur permet
de poursuivre leur pratique et leur formation, d’acquérir de nouveaux savoirs et de développer de nouvelles compétences pour pouvoir évoluer dans des contextes diversifiés.

Compétences spécifiques et acquis d’apprentissage terminaux

Au terme du 1er cycle, l’étudiant(e) sera capable de :
1. Poser un regard curieux et informé sur le réel pour nourrir son travail créatif.
1.1 Observer le réel pour se l’approprier comme base de représentation narrative et visuelle (perspectives, croquis, références iconographiques...).
1.2 Décoder le réel et faire preuve d’esprit critique dans ses choix narratifs, thématiques et esthétiques.
1.3 Ouvrir sa réflexion grâce aux différents apports théoriques (scénario, sémiologie, histoire de l’art, philosophie, littérature, etc.).
2. Prendre position à titre personnel dans le champ de la bande dessinée et de la création en général.
2.1 Connaître et mettre en perspective les grandes étapes de la bande dessinée (auteurs, courants...).
2.2 Faire preuve d’indépendance intellectuelle et évaluer la création artistique de manière personnelle, critique et sensible, sans à priori de modes ou de styles.
3. Maîtriser le processus d’élaboration d’une bande dessinée (parties narrative et graphique).
3.1 Réaliser une production lisible en questionnant les différents codes narratifs et graphiques.
3.2 Proposer un rapport texte/image pertinent.
3.3 Se positionner de manière personnelle par rapport à un sujet traité.
3.4 Proposer une narration cohérente et documentée et maîtriser la fluidité
des actions, des situations et des enjeux du récit.
3.5 Mettre en place graphiquement la narration en utilisant les codes du
langage de la bande dessinée : cadrage, case, séquence, ellipse, espace
inter-iconique, strip, page, double page, mise en scène, tabularité...
3.6 Choisir et maîtriser une technique en adéquation avec le traitement
du sujet.
3.7 Hiérarchiser les signes plastiques et linguistiques de chaque image
pour optimiser la perception du récit.
4. Prendre en compte les aspects liés à l’édition papier et aux nouveaux médias.
4.1 Maîtriser les bases du scannage et de la PAO.
4.2 Connaître le contexte légal et administratif relatif à la notion d’auteur.
5. Répondre de manière spécifique à des demandes professionnelles variées (illustration, graphisme, publicité, story-board...)
5.1 Être capable de s’adapter à d’autres formes de langages graphiques et narratifs.
6. Faire preuve d’autonomie et de détermination. 6.1 Se montrer investi dans son travail.



PrintLab : informations et réservations

Le M-11 PrintLab est un atelier d’auto-édition destiné à tous les étudiant.e.s et professeur.e.s de l’école. Il s’agit d’une structure d’auto-production donnant accès à différents modes d’impression et de façonnage. Il ne s’agit donc pas d’un prestataire auquel serait confié un travail d’impression mais bien d’un laboratoire de fabrication où chacun.e est amené.e à imprimer par ses propres moyens ses créations, en expérimentant les possibilités et les caractéristiques de chaque mode (…)

Récupérathèque

Crée à l’initiative d’une étudiante en 2019, la Caverne d’Ali Baba est un magasin de récupération de matériaux d’art. Elle fait partie du réseau de la FDR : la fédération des récupérathèques. A la CAB, on promeut des valeurs d’écologie et de solidarité. On revalorise du matériel de seconde main, en le rendant accessible à tout le monde ! Comment ça marche ? La CAB est gérée de manière autonome par une équipe étudiante motivée. Cette année par exemple, plusieurs projets ont germé, en (…)

ATELIER SON : Informations et réservations

L’Atelier Son est ouvert à tous·tes les étudiant·es et professeur·es désireux de s’initier à la pratique des outils de design sonore, mais aussi de captation et de traitement sonores. Dans un esprit de découverte, de recherche et d’expérimentation, l’Atelier Son offre un espace où chacun·e peut explorer les différents aspects de la matière sonore. Il est possible d’emprunter du matériel dans le cadre de travaux réalisés au sein de l’école et d’avoir accès et des créneaux avec un (…)

newsletter

* obligatoire
Fermer

BAIU — UCL

liens

esa Saint-Luc Bruxelles