Ecole Eupérieure des Arts


Cursus /

Scénographie(s)/Atelier


Avant-propos

Le travail effectué en 3ème avec les étudiants de l’option s’est concentré sur les aspects de créativité scénographique, de réflexion dramaturgique (développer les facultés de « lecture » et d’interprétation d’une pièce, symbolisme, choix stylistiques ... ) ainsi que sur des exercices pratiques liés à l’espace (voir programme de 3ème).

En quatrième année, je me propose d’aborder avec les élèves de manière plus précise les domaines suivants :

1. faisabilité technique d’un projet de scénographie (y compris éléments de budgétisation).
Il pourra s’agir ici d’un projet théâtral, cinématographique ou événementiel.

2. étude pour l’adaptation d’un même projet scénographique à 3 lieux existant en Communauté Française ou àl’étranger (scénographie modulable, étude des aménagements possibles, solutions de rechange ... ).

3. réalisation pratique d’un projet de scénographie (intégrant costumes et accessoires) pour une courte pièce destinée à être interprétée par les étudiants de l’option en fin d’année.
Cette réalisation concrète (circonscrite à un nombre restreint de personnages) revêt une importance particulière à mes yeux, dans le contexte professionnel qui attend les scénographes débutants. Ce travail impose plusieurs contraintes :
 contrainte budgétaire ; il faut créer cette scénographie/costumes sans argent, ce qui veut dire apprendre à chiner,
rafistoler, emprunter, fouiner, réparer, récupérer, détourner et n’acheter qu’en dernier ressort.
 contrainte des corps ; il faudra choisir accessoires, costumes et éléments de décor en fonction de « corps réels », en fonction de la stature et de l’allure particulière à chaque « acteur » (un magnifique projet de costume peut aller
comme un coup de poing dans l’œil à l’acteur choisi).
 nécessité d’une bonne communication dans l’équipe ; le metteur en scène (dont je jouerai le rôle) peut refuser un
accessoire ou un costume pour diverses raisons : il faut faire preuve à la fois de détermination et de souplesse, défendre le bien-fondé de sa démarche scénographique et en même temps, pouvoir remettre ses choix en question
jusqu’au dernier moment (cette dialectique est le plus souvent extrêmement créative pour les deux parties). La dimension artisanale du théâtre permet et exige cette souplesse : la mise en scène est une partition qui se crée au jour le jour. Tel accessoire qui favorisait le jeu de l’acteur au début des répétitions devient inutile par la suite. Les couleurs changent au fur et à mesure que l’on avance plus profondément dans la relation avec la pièce. Les personnages prennent corps petit à petit .... Donc le scénographe doit être présent tout au long du travail de manière à pouvoir accorder ses propositions à l’évolution du jeu et de la mise en scène.
Le sujet de ce travail pourrait être « Va et vient » de S.Beckett ou une autre des pièces courtes de cet auteur.
4. Enfin, il sera demandé aux élèves de suivre en tant qu’observateur le processus de création d’un spectacle professionnel (jeune compagnie ou théâtre institutionnel, en danse ou en théâtre) et d’en établir un rapport écrit. Ce stage d’observation devra se dérouler en dehors de heures de cours.


Contact

esa Saint-Luc
30, place Morichar
B - 1060 - Bruxelles

tél +32(0)2 533 08 80
fax +32(0)2 533 08 89
raffaella@stluc-esa-bxl.org

Accès aux valves

Si vous êtes étudiants, toutes les informations utiles se trouvent ici.

access aux valves