Ecole Eupérieure des Arts



Contenu

La création est un thème flou, extrêmement large et à la fois terriblement fascinant. Elle incarne indéniablement une notion prépondérante du monde dans lequel nous vivons. De fait, elle se retrouve dans de nombreux discours, ceux des arts bien sûr, mais aussi ceux de la politique, de l’économie ou encore de la science et de la pédagogie. La création désigne à coup sûr un enjeu énorme de notre époque. Cependant, cette notion semble très peu mise en question. Elle n’est que rarement interrogée, et souvent laissée dans l’obscurité de l’inconscient ou de l’irrationnel. De la « création d’entreprise » à l’exaltation de la « créativité », en passant par la « création de la vie artificielle », cette notion s’aperçoit au carrefour de tous les domaines de la vie humaine. Par ailleurs, la
création regroupe un nombre important de termes apparentés : « créationnisme », « créer », « créateur », « créatif », « créature », « innovation », « production », « fabrication » etc. Toutes ces notions possèdent des spécificités particulières qu’il importe de bien distinguer.
Il s’agira, durant ce cours, de réfléchir sur le sens de la création ainsi que sur les conditions de possibilité, à la fois historiques et philosophiques, qui ont permis la valorisation et la constitution de la notion de « création artistique » telle que nous la connaissons aujourd’hui. En effet, la notion de création possède à la fois une histoire spécifique ainsi qu’une place particulière au sein de l’histoire des idées qu’il s’agira de retracer depuis son fondement grec, en passant par la tradition chrétienne, jusqu’à la fondation de la culture et à l’invention de la catégorie des « beaux-arts » ainsi que celle d’« artiste ».
L’hypothèse du cours sera la suivante : le destin de l’art occidental tout entier s’est en grande partie joué selon la définition que l’on a pu donner au « faire », selon le sens que l’on a accordé à l’activité humaine en général.
D’une certaine manière, il s’agira de reprendre la question posée par Pierre Bourdieu : « mais qui a créé les créateurs ? » ; s’agit-il d’une invention pure et simple, d’une idéologie, voire tout simplement d’un mythe propre à l’occident et à son mode de pensée ?
Si la question de l’oeuvre d’art peut ainsi être posée du point de vue de sa réception, c’est-à-dire du point de vue du spectateur, il est aussi essentiel de s’interroger sur le statut de l’acte créatif en tant que tel, sur l’artiste et ce qu’il fait à proprement parler, ce qu’il crée ou ce qu’il produit, ce qu’il en dit. Bien que la philosophie ait souvent pris ses distances par rapport à la notion de création, il faudra oser se servir de ce point d’entrée pour s’interroger sur les structures profondes de la pensée occidentale, sur ses fondations comme sur ses limites.
Le cours débutera par une analyse de la conférence « Qu’est-ce que l’acte de la création ? » de Gilles Deleuze, dans laquelle le philosophe s’adresse directement au créateur. Ceci nous permettra de poser les bases du débat.
Durant la suite du cours, une attention toute particulière sera portée à l’analyse de créations, à l’observation de l’artiste « à l’oeuvre » et aux témoignages des créateurs. L’expérience vécue des étudiants sera elle aussi mise en avant et discutée. Il s’agira de laisser parler les créateurs, de présenter et de confronter de façon critique les différents types de discours sur la créativité, mêlant les messages des entreprises, ceux des hommes politiques et ceux des artistes. Nous analyserons aussi des extraits de films qui montrent la création en train de se faire et qui, en ce sens, la recrée. Une analyse d’une performance sera elle aussi commentée lors du cours.

Compétences et évaluation

Les étudiants devront être capables de comprendre l’apport fondamental de la philosophie à la question de la création. Une bonne maîtrise du vocabulaire et des outils conceptuels permettra de développer un questionnement critique et autocritique. Le cours encouragera la construction de multiples ponts entre la pensée et les pratiques. Au terme du cours, les étudiants devront être capables d’identifier différentes manières de
concevoir la création. Une séance de questions-réponses sera effectuée au dernier cours avec présentation des questions types de l’examen. L’examen sera oral.


Contact

esa Saint-Luc
30, place Morichar
B - 1060 - Bruxelles

tél +32(0)2 533 08 80
fax +32(0)2 533 08 89
raffaella@stluc-esa-bxl.org

Accès aux valves

Si vous êtes étudiants, toutes les informations utiles se trouvent ici.

access aux valves